Pourquoi Classileaks ?

Pourquoi Classileaks ?

Les beaux-arts et le théâtre occupent dans nos sociétés une place de premier plan. Qui songerait à visiter une ville sans en voir le principal musée ? Qui n’a jamais monté une pièce de théâtre à l’école ou ailleurs ? En outre, dans ces deux domaines, la création et les œuvres du siècle passé trouvent toute leur place. À côté, la musique « classique » fait pâle figure. Pourtant doté de moyens financiers et humains considérables, le monde musical peine globalement à percer auprès du grand public. En particulier lorsqu’il s’agit d’œuvres des XXe et XXIe siècles, largement boudées, même par les « d’habitués ».

Ce manque de succès n’est pas, selon nous, le résultat d’un phénomène de mode ou d’une déculturation de la société. L’engouement pour l’art contemporain montre au contraire que nous habitons une formidable époque de création à laquelle le public est largement convié. Non, notre analyse repose davantage sur le fait qu’une partie du milieu classique demeure fermée à la découverte et verrouille de fait programmations et inventions. Les tarifs des places ont beau diminuer constamment, le public, et en particulier les jeunes, n’est pas pour autant au rendez-vous.

Avec la multiplication des enregistrements, la notion d’interprétation s’est trop souvent vidée de son sens, reléguant nombre d’artistes au rang d'imitateurs obsédés par une ennuyeuse perfection. La majorité des programmes de concerts tourne autour d’une poignée de compositeurs classiques et romantiques, mettant à mal les valeurs de curiosité et d'inventivité qui devraient habiter le secteur. Le système des conservatoires sélectionne, parmi des enfants qui auraient avant tout aimé "s’éclater", ceux qui seront le plus à même d’aller jusqu’au bout d’un cursus éminemment académique, mettant rapidement fin à leurs velléités de pratique en amateur. C'est en définitive tout une frange de la population  qui n’ose plus s’approcher du classique par peur de « manquer de niveau ».

La raison d’être du blog Classileaks est de révéler aux novices comme aux experts que la musique « classique » est bien vivante et actuelle. Que des musiciens que nous présenterons au travers de portraits donnent tout leur sens au mot « interprétation ». Que le disque et le DVD, dont nous vous parlerons amplement dans nos critiques, peuvent être un formidable outil pour créer et non imiter. Que de nouveaux acteurs - chorégraphes, metteurs en scène, quand ils ne sont pas relégués au second rang -  redonnent vie à des pièces réputées surannées. Que le génial répertoire du XXè siècle constitue une porte d’entrée passionnante dans la musique, et tout particulièrement dans celle écrite par nos contemporains. Qu’il est facile d'aller au concert, pour moins de 20€ quand on est proche d’une salle, ou via le streaming ou le cinéma qui se sont considérablement développés ces dernières années et permettent de profiter des meilleurs événements.

Une rubrique suggestions est dédiée à tous ceux qui ne se sont jamais approchés de cette musique souvent jugée élitiste et qui aimeraient goûter aux saveurs de la musique classique mais la « connaissent mal » (sic) et n’ont jamais fait le pas vers ce monde encore trop cloisonné. Classileaks leur en donnera les clés.

 

 

Première écoute : mode d'emploi

Première écoute : mode d'emploi

Jazz is back !

Jazz is back !