Première écoute : mode d'emploi

Première écoute : mode d'emploi

Vous souhaitez goûter à la musique classique et vous ne savez pas par quoi commencer ? Voici quelques conseils pour créer les conditions d’une première fois idéale, loin des “Best Of”  et autres “100 chefs-d’oeuvre de la musique classique”.


Se mettre en condition

On ne va pas se mentir, il est rare de s'extasier sur une oeuvre dès la première écoute. Il suffit pour s'en rendre compte de voir que les pièces préférées du grand public sont des titres archi-connus rabâchés encore et encore dans les films ou les publicités. L'appréciation d'une nouvelle oeuvre est bien souvent le résultat d'un long processus de maturation de l'écoute. Quelques règles vous aideront à mettre toutes les chances de votre côté pour en profiter au maximum.

D'abord, évitez d'écouter à moitié. Faire autre chose, comme lire ou se balader sur internet, est le meilleur moyen de passer à côté de l'oeuvre. À titre d'exemple, le repassage est idéal et le tricot sans doute trop cérébral ! Le comble du confort est d’avoir engrangé un bon moment de silence avant l'écoute. Si le “silence qui suit Mozart est encore de Mozart” comme on l'entend dire, celui qui précède est encore plus important. Il vous permettra d’en profiter à fond sans être parasité, énervé ou la tête encombrée d’autres sons. 


Choisir son répertoire

Quel registre ?
Orchestre ? Opéra ? Solo ? Si c’est souvent l’orchestre qui fait le plus fort effet à la première écoute, on vous conseille davantage la musique de chambre (musiques à moins d’une dizaine d’instruments) pour deux raisons. La première c’est que c’est le format qui passe le mieux en enregistrement. Le niveau sonore, le recul et le rendu seront assez justes (par rapport à un opéra par exemple). La seconde est que l'orchestre à tendance à impressionner plus qu'à réellement convaincre : vous pourrez rester admiratif de l'orchestre sans avoir apprécié l'oeuvre. La musique de chambre, et tout particulièrement le quatuor (deux violons, alto et violoncelle), constitue en quelque sorte l’essence de l’écriture musicale. C’est la formule la plus adéquat pour apprécier la musique au delà des artifices.

Oeuvre entière ou extrait ?
On vous déconseille fortement de vous arrêter à un extrait. Les oeuvres sont la plupart du temps constituées de plusieurs mouvements (souvent 3 ou 4) qui s’articulent entre eux et répondent ainsi à une logique. Ainsi, une pièce n'est généralement pas douce, violente ou frénétique : elle constitue un tout, une aventure qui passe par toutes ces étapes. Vous ne pourrez vous faire une idée juste d’un morceau qu’en l’écoutant en entier - par chance, beaucoup d’oeuvres complètes sont relativement brèves !

Quelle oeuvre ?
Commencer par un tube classique ou romantique (Mozart, Beethoven, Chopin etc.) n’est pas forcément la meilleure idée. Cela vous donnera déjà une image très “cliché” du “classique”. En fonction du style de musique auquel vous êtes habitué, un certain type d’”entrée” dans le genre vous sera plus évident. 

Nous vous proposons une série d'enregistrements en fonction de vos affinités. En cliquant sur le titre, vous accèderez à l'album sur Spotify. 

Pop anglo-saxonne / électro
Nombre de compositeurs américains ont grandi avec la pop anglo-saxonne et s’en inspirent largement dans leurs oeuvres. Tout particulièrement Steve Reich, John Adams ou Philip Glass, les trois compositeurs vivants les plus connus outre-Atlantique.

1. Philip Glass / Glassworks : Opening / Vikingur Olafsson / 14’
2. John Adams / John’s Book of Alleged Dances / Attacca Quartet / 33’
3. Steve Reich / Music for 18 musicians / Ensemble Signal / 59’

 1. Glass / Opening

1. Glass / Opening

 2. Adams / John's Book

2. Adams / John's Book

 3. Reich / Music for 18 m

3. Reich / Music for 18 m


Jazz
Ce genre a inspiré bien des compositeurs, là encore des américains, notamment le plus célèbre d’entre eux Gershwin. Une transition des plus faciles pour les adeptes du jazz.

George Gershwin / Song Book / Frank Braley / 23’
George Gershwin / Rhapsody in Blue / James Levine / 16'
Igor Stravinsky / Ebony Concerto / Vladimir Ashkenazy / 9'

 4. Gershwin /  Song Book

4. Gershwin /  Song Book

 5. Gershwin / Rhapsody in Blue

5. Gershwin / Rhapsody in Blue

 6. Stravinsky / Ebony concerto

6. Stravinsky / Ebony concerto


Chanson française / Variété
Même sans comprendre les paroles (quand il y en a), ces airs sont suffisamment éloquents pour vous laisser imaginer un sujet et ne pas passer à côté de la pièce. Repensez aux films sur les romans de Jane Austen : c'est le genre de mélodies qui agrémentent les soirées au coin du feu. La chanson du 19e siècle.

Franz Schubert / Winterreise / Christoph Prégardien, Andreas Staier / 1h14
Edvard Grieg / Lyric Pieces / Javier Perianes / 39’
Francis Poulenc / La courte paille / Sophie Karthäuser / 12'

 7. Schubert / Winterreise

7. Schubert / Winterreise

 8. Grieg / Pièces lyriques

8. Grieg / Pièces lyriques

 9. Poulenc / La courte paille

9. Poulenc / La courte paille


Rock
On retrouve chez Chostakovitch, compositeur rongé par le "rouleau-compresseur" soviétique, une fougue semblable à celle des rockeurs. Stravinsky, avec son révolutionnaire Sacre du Printemps, livre quant à lui une musique "sauvage", "brut". 

Dmitri Chostakovitch / String quartet n°8 / Simon Bolivar String Quartet / 21’
Dmitri Chostakovitch / Cello concerto / Lorin Maazel / 30'
Igor Stravinsky / Le Sacre du Printemps / Teodor Currentzis / 34'

 10. Chostakovitch / Quatuor n°8

10. Chostakovitch / Quatuor n°8

 11. Chostakovitch / Concerto

11. Chostakovitch / Concerto

 12. Stravinsky / Le Sacre du Printemps

12. Stravinsky / Le Sacre du Printemps

Musique du monde
La différence est parfois ténue entre musique du monde et musique "classique". Certaines compositions médiévales, renaissantes ou même du début du baroque (17e siècle) sonnent encore "authentiques". Et même quand la musique commence à être très "écrite", elle conserve un aspect traditionnel.

Johannes Ockeghem / Missa Caput / Graindelavoix, Bjorn Schmelzer / 59'
Mathias Weckmann / Wie liegt die Stadt so wüsste / Konrad Junghänel / 14’50
Arcangelo Corelli / Sonata n°3 / Chiara Banchini / 11'

 13. Ockeghem / Missa Caput

13. Ockeghem / Missa Caput

 14. Weckmann / Wie liegt...

14. Weckmann / Wie liegt...

 15. Corelli / Sonata

15. Corelli / Sonata

Musique de films
La musique de film est la plupart du temps déjà "classique". Cependant, on s'aperçoit que, si on leur ôte l'image, beaucoup de bandes originales sont parfois un peu "pauvres". On vous conseille donc des symphonies qui se suffisent à elles-mêmes. Dans ce répertoire, c'est naturellement l'orchestre, avec sa grande variété de timbres qui permet de livrer les pièces les plus "imagées".

Johannes Brahms / Symphonie n°4 / Berliner Philharmoniker, sir Simon Rattle / 43’
Gustav Mahler / Symphonie n°6 / Philharmonia Orchestre, Esa-Pekka Salonen / 1h20
Bernard Herrmann / Vertigo Suite / Los Angeles Philharmonic, Esa-Pekka Salonen / 12’

 16. Brahms / Symphonie 4

16. Brahms / Symphonie 4

 17. Mahler / Symphonie 6

17. Mahler / Symphonie 6

 18. Herrmann / Vertigo

18. Herrmann / Vertigo


Rap
Il n'est pas évident de trouver des mélodies aux allures de rap, avec des textes aussi éloquents et fougueux. En revanche, l'excitation et le déchaînement propres à cet art se retrouvent clairement dans les pièces instrumentales baroques.

Giovanni B. Platti / Concerto pour violoncelle en ré majeur / Edgar Moreau / 11’
Antonio Vivaldi / Concerto pour flûte à bec en sol mineur / J-C Spinosi, Sébastien Marcq / 9’
Johann A. Hasse / Sonate pour flûte à bec en sib majeur / Maurice Steger / 9'
 

 19. Platti / Concerto

19. Platti / Concerto

 20. Vivaldi / Concerto

20. Vivaldi / Concerto

 21. Hasse / Sonate

21. Hasse / Sonate

Métal
Trouver une passerelle entre métal et "classique" n'est pas simple, si ce n'est avec des groupes très "lyriques" comme Nightwish. On peut retourner dans la section Rock pour trouver quelque chose de très "véhément", mais le quatuor de Crumb, très noir, et particulièrement son premier mouvement évoquent bien cet univers sombre et ardent.

George Crumb / Black Angels String Quartet / Miro Quartet / 21’

 22. Crumb / Quatuor

22. Crumb / Quatuor

Réactions

À l'issu de cette écoute, soit ça vous a plu - formidable ! -  soit vous vous êtes ennuyé. On ne peut dans ce cas que vous conseiller de retenter l'expérience à un moment où vous êtes plus en condition. Posé chez vous le soir et le week-end davantage que dans les transports par exemple. Tranquillement, la tête vidée des bruits extérieurs. Nous pensons que seule l'écoute répétée permet dans la profondeur d'une oeuvre. Une première non concluante n'est donc en aucun cas un échec, surtout si vous n'êtes pas un habitué du "classique". Une opinion se fait selon nous plutôt au bout d'une série d'écoutes.

Alors bonne écoute !

 

Ils réinventent le "classique"

Ils réinventent le "classique"

Pourquoi Classileaks ?

Pourquoi Classileaks ?