Album coup de cœur #1 Thousands of Miles

Album coup de cœur #1 Thousands of Miles

Thousands of Miles
Kate Lindsey, Mezzo-soprano
Baptiste Trotignon, Piano
Alpha 272

 

Elle est américaine et chanteuse d’opéra. Lui est français et jazzman. À eux deux, ils reconstituent le métissage vécu et transposé en musique par les compositeurs flambeaux de l’Europe créatrice des années 1920 et émigrés aux États-Unis - Kurt Weill en première ligne - et qui n’ont pas hésité à fondre leur héritage brahmsien, straussien ou mahlérien dans le renouveau américain jazzifiant.

On est loin des Lieder romantiques qui, portés par la douceur de la langue allemande, exaltent la beauté et la mélancolie de la vie contemplative du romantique bilieux. Chez Weill, les héroïnes sont davantage brechtiennes et le compositeur joue plus sur la dureté des sons et l’âpreté de la diction que sur sa suavité.

Ce dialogue Jazz-Classique, Est-Ouest convie également Alma Mahler, Alexander von Zemlinsky et son élève Erich Wolfgang Korngold, eux-aussi marqués du sceau de l’émigration et qui, prompts à s’intégrer, se sont construit cette sensibilité américaine que Lindsey et Trotignon nous restituent avec enthousiasme.

En débarquant à Broadway, Weill porte à des sommets le divertissement. Mais il le fait aussi entrer dans une autre dimension en lui conférant une nouvelle éloquence. La Grande Guerre et l’exil sont passés par là et ces chansons « faciles » - au moins d’écoute - sont pétries de cynisme et de grincements.

Ce que Kate Lindsey, prodigieuse de présence, rend à merveille en dépassant largement les bornes de l’esthétique lyrique. Quand la voix n’est pas chuchotée, elle est carrément parlée voire parfois crachée. Et Trotignon d’en rajouter une couche, transformant des accompagnements à l’origine un peu plan-plan en second personnage tout aussi investi. La liberté de ton et de tempo qu’il s’arroge rendrait envieux bien des pianistes classiques coincés dans leurs barres de mesure. 

La rencontre des styles et des personnalités est indéniablement féconde et l’on ne peut que souhaiter davantage de mélanges de ce type. Le mixe ne rend pas le travail bancal pour un sou. Si l’on ressent l’apport de différents styles et esthétiques, on ne s’imagine pas ces chansons chantées autrement. Beau signe de réussite, non ?

 

Le trauma Carmen

Le trauma Carmen

Le choc Bach - Currentzis

Le choc Bach - Currentzis